Domaines spécialisés

L’année passé également, les 1800 collaborateurs/trices et 18'400 bénévoles des différents domaines spécialisés de Pro Senectute ont conseillé, suivi, accompagné, soutenu, formé et fait bouger plus de 700'000 clientes et clients.

Consultation sociale

Sous le signe du numérique

«Solutions numériques pour la consultation sociale d’aujourd’hui et de demain»: faisant écho à son titre, la 18e plateforme Consultation sociale a eu lieu pour la première fois par Zoom. Cet événement a offert une belle occasion de réfléchir à de nouvelles formes de consultation.

Organisée le 24 septembre dernier, la 18e plateforme Consultation sociale a mis l’accent sur la consultation en ligne et par téléphone. Les participants se sont penchés sur la question de savoir comment intégrer la digitalisation dans le cadre du travail social en général, et plus précisément au sein de la consultation sociale de Pro Senectute. Outre les échanges sur les opportunités et les risques, cette plateforme a permis de mieux faire connaître certaines formes de consultation et leurs particularités.

L’exposé sur la consultation par e-mail, en particulier, a suscité un vif intérêt. Jusqu’à présent, pour la plupart des assistants sociaux et assistantes

sociales, l’e-mail servait avant tout à la transmission d’informations factuelles. La possibilité d’utiliser l’e-mail et le chat pour des thèmes personnels comme la solitude ou le deuil a donc retenu l’attention de nombreux participants. En raison de la pandémie de COVID-19, même si la plateforme s’est déroulée à l’endroit prévu, les participants y ont pris part depuis chez eux, sous forme de webinaire. Quelque 80 personnes des quatre coins de la Suisse ont ainsi suivi les exposés par Zoom en français et en allemand et posé toute une série de questions grâce à la fonction ad hoc. Forte de cette expérience, Pro Senectute développera des formes de consultation en ligne ces prochaines années.

Fonds d’aide de Pro Senectute Suisse

Garder dignité et mobilité en temps de pandémie

Précisément en période de pandémie, de distanciation sociale et d’isolement, de nombreuses personnes âgées ont sollicité le fonds d’aide de Pro Senectute Suisse afin de favoriser leur mobilité. Dans le cadre du deuil également, ce fonds a apporté un précieux soutien financier en cette année marquée par le coronavirus.

Les organisations cantonales et intercantonales de Pro Senectute déposent une demande de soutien au fonds d’aide de Pro Senectute Suisse lorsque l’ensemble des ressources ordinaires des assurances sociales, de l’assurance privée et d’autres sources ne suffisent pas. Précisément pendant la période d’insécurité et d’isolement liée à la pandémie de coronavirus, l’impossibilité de payer des factures aggrave encore la situation.

Continuer d’aider en période de deuil

«Souvent, les demandes de soutien par le fonds d’aide que nous avons reçues en 2020 portaient sur des coûts liés au décès de la conjointe ou du conjoint, par exemple les frais d’obsèques», remarque Rebekka Hartmann, responsable du domaine, au sujet de cette année pas comme les autres, avant d’ajouter: «Bien que de nombreux enterrements aient eu lieu en petit comité, le souhait d’une cérémonie convenable était bien présent. Reste qu’il n’a pas toujours pu se réaliser en raison des mesures de sécurité.» Même lorsqu’il a été possible d’organiser des funérailles dans un cadre plus important, l’aspect financier a souvent constitué un écueil pour les proches. Le fonds d’aide de Pro Senectute Suisse peut alors être sollicité, pour autant que le critère de proportionnalité soit rempli.

Contribuer à préserver la mobilité

En 2020, le fait de devoir rester chez soi à cause de la pandémie ainsi que la distanciation sociale accrue ont entraîné la perte des contacts pour de nombreuses personnes âgées. Le fonds d’aide de Pro Senectute Suisse a alors été sollicité afin de maintenir la mobilité des seniors. Ainsi, comme l’explique Rebekka Hartmann, pour nombre de personnes vivant dans des régions de montagne ou limitées dans leur mobilité, il est important de pouvoir garder sa voiture, gage d’une certaine autonomie; les aides apportées ont alors pris la forme d’une contribution financière ciblée sur ce besoin. En effet, sans véhicule, le rayon d’action de nombreuses personnes se trouverait fortement réduit. C’est pourquoi les demandes de soutien correspondantes ont été approuvées. Et Rebekka Hartmann d’ajouter: «Cette démarche a aussi permis d’entretenir les contacts avec la famille, dans les deux sens, y compris durant la pandémie.»

Tant que les mesures le permettaient, les personnes âgées ont continué, grâce à notre soutien, à rendre visite à leurs petits-enfants, à faire des promenades avec leurs enfants, ou encore à apporter de délicates attentions à la famille d’un conjoint décédé.

Services

Maintenir les contacts en ligne

«Je suis ravie d’avoir trouvé une personne de confiance qui m’aide à m’y retrouver dans l’univers numérique», confie Bärbel Wyss, 80 ans. Durant cette année marquée par le coronavirus, elle a pu compter sur le soutien d’un coach numérique de Pro Senectute canton de Soleure.

«Il faut se mettre aux outils numériques pour ne pas s’isoler»: Bärbel Wyss a franchi le pas de se familiariser avec les nouveaux outils numériques du quotidien. Pro Senectute canton de Soleure l’y a aidée. Depuis juillet 2020, l’organisation cantonale propose aux seniors des conseils dans ce domaine. Baptisé «Le numérique au quotidien», ce service permet aux seniors de se former à l’utilisation des nouvelles technologies et de se préparer à leur quotidien de plus en plus numérique. Cette prestation pourrait être proposée à l’avenir par d’autres organisations de Pro Senectute.

Une offre adaptée à tous les besoins

«Un coach numérique fournit des conseils personnalisés à domicile. L’apprentissage s’en trouve amélioré et les problèmes liés aux appareils numériques sont réglés selon les besoins », explique, convaincu, le responsable de projet Olivier Hojac. Et d’ajouter: «Cette prestation encourage l’autonomie et ouvre de nouvelles possibilités d’utilisation des outils numériques.» L’offre «Le numérique au quotidien» vise à permettre une transition aisée vers un avenir plus connecté. L’acquisition et l’élargissement des compétences numériques en sont la clé de voûte. Ainsi, les seniors désireux d’acquérir un nouvel appareil sont accompagnés dans le processus d’achat. Ceux qui possèdent déjà des compétences numériques peuvent solliciter les coachs pour des questions d’utilisation spécifiques. Les coachs se font également un plaisir d’expliquer les possibilités offertes par les services comme l’e-banking ou les achats en ligne. «Les rendez-vous sont pris de manière très flexible et en fonction des besoins», précise Olivier Hojac.

Les coachs numériques sont très demandés

Les coachs numériques de Pro Senectute canton de Soleure sont des seniors bénévoles qui apprécient les échanges et prennent le temps qu’il faut pour répondre de manière ciblée aux questions. Les coachs jouissent d’une réputation irréprochable et savent comment ils doivent gérer des données sensibles. Grâce aux plans de protection, cette offre a constitué un précieux complément durant la pandémie de coronavirus. Olivier Hojac l’explique: «Nous avons réussi à rester en contact avec les seniors, tout en leur apprenant comment maintenir les liens avec leurs proches grâce aux outils numériques.»

Travail social communautaire

Maintenir le dialogue malgré tout

Comment les seniors peuvent-ils à la fois réduire les contacts et maintenir le dialogue? En 2020, le travail social communautaire a cherché des réponses novatrices... et en a trouvé.

Pour le travail social communautaire, qui encourage les contacts et la participation à la vie sociale, l’année 2020 fut loin d’être une sinécure. Sa vocation consistant à pouvoir faire se rencontrer les gens, la limitation des contacts a représenté un défi majeur. De nombreux projets ont dû être interrompus, des activités repoussées, voire supprimées. Aussi a-t-il fallu trouver des solutions novatrices pour permettre aux seniors de poursuivre le dialogue en ces temps difficiles.

Des solutions de remplacement tout en simplicité

Les organisations de Pro Senectute ont lancé divers projets pour lutter contre l’isolement social. Trois exemples: en Haute-Engadine, le RevairBus a été mis sur pied. Ce bus permet aux personnes vulnérables isolées, malgré les restrictions liées au COVID-19, de continuer à voir leur famille et leurs amis, dans le respect des mesures de protection. En effet, les seniors ne sont pas encore tous assez à l’aise avec les nouvelles technologies pour garder le contact à l’aide des outils numériques. Dans le canton de Zurich, les Erzählcafés (café-paroles) ont dû fermer leurs portes, certes, mais des chaînes téléphoniques ont pris le relais.

En terres bernoises, des collaborateurs et collaboratrices du travail social communautaire ont eu des contacts téléphoniques réguliers avec des personnes âgées vulnérables, afin de contrecarrer leur isolement et de faire le point sur leur besoin d’aide. Dans la région Oberaargau Ost, «Choreo», une association spécialement créée pour promouvoir et développer les communautés de soutien, a œuvré au service de la population afin de la soutenir directement dans son milieu de vie.

En Valais, des animations artistiques ont été organisées dans des quartiers où vivent de nombreuses personnes âgées. Le public pouvait faire passer des messages au micro. En outre, dans des capsules vidéo, l’équipe de Pro Senectute Valais-Wallis a fait connaître ses offres de soutien et a remercié ses bénévoles.

Mouvement et sport

«N’oubliez pas de sourire!»

Tandis que la plupart des cours de mouvement et de sport ont été suspendus pendant le premier confinement, les seniors de Suisse romande et de la région Bienne/Seeland se sont adonnés à la gymnastique entre leurs quatre murs grâce à l’émission «Ça bouge à la maison» de Pro Senectute Arc jurassien.

«N’oubliez pas de sourire!», peut-on entendre du lundi au samedi dans le salon de nombreux habitants de Suisse romande et du Seeland. Que ce soit du papier toilette, un rouleau à pâtisserie ou un balai, Fanny Meier et Lucas Gigon, les deux spécialistes Sport et mouvement de Pro Senectute Arc jurassien, utilisent tous les ustensiles possibles pour inciter les téléspectatrices et les téléspectateurs de leur émission «Ça bouge à la maison» à participer à leurs cours.

Le succès ne s’est pas fait attendre: ces cours de gymnastique de 45 minutes, mis en place par Pro Senectute pour maintenir les seniors en forme et en bonne santé compte tenu de l’offre restreinte d’activités physiques durant la pandémie, ont rapidement été très appréciés. L’audience est montée en flèche, et les médias se sont largement intéressés à l’émission: elle a été mentionnée plus de 1200 fois l’année passée!

Comme la pandémie perdure, la prolongation de l’émission apparaît comme une évidence: elle sera diffusée sur les écrans durant toute l’année 2021, et s’étend progressivement même en Suisse alémanique. Pro Senectute réfléchit aussi à proposer des programmes d’activités physiques à long terme à la télévision, une fois la crise sanitaire terminée. De tels formats complètent idéalement les cours et encouragent les seniors à s’entraîner de manière plus régulière et plus fréquente. De plus, «Ça bouge à la maison» a démontré que le sport-santé mérite sa place à la télévision, aux côtés du sport de compétition, omniprésent avant le coronavirus.

Grand succès

Cet engouement ravit aussi les deux moniteurs, vite devenus de véritables stars du petit écran. Fin 2020, une jeune femme a même demandé à Lucas Gigon s’il pouvait faire une vidéo pour souhaiter un joyeux anniversaire à sa grand-mère, une fidèle de l’émission. «Je lui ai envoyé une vidéo avec un message personnalisé. La jeune femme m’a remercié, sa grand-mère avait été très touchée», nous raconte Lucas Gigon avec enthousiasme.

Fanny Meier a également remarqué que l’émission avait pris une place dans le quotidien de nombreux seniors. Un jour, alors qu’elle promenait ses deux chiens à Delémont, une dame âgée s’est approchée d’elle, perplexe, en regardant sa montre avec insistance. Il devait être 14h45, heure à laquelle l’émission est normalement diffusée. Elle s’est alors exclamée: «Vite, dépêchez-vous, vous allez arriver en retard à la télévision!».

Formation et culture

Les offres numériques en plein essor

En 2020, la pandémie de coronavirus a stoppé net de nombreux cours de Pro Senectute dans toute la Suisse. C’est dans ce contexte que Pro Senectute canton de Lucerne a adapté durablement son offre de cours aux besoins actuels de digitalisation.

Durant le premier confinement, lorsque des moniteurs et monitrices de Pro Senectute canton de Lucerne ont présenté leurs cours dans l’émission «Aktiv zu Hause» sur Tele 1, l’idée d’organiser plusieurs cours en ligne a pris forme. Durant l’été, l’organisation a travaillé d’arrache-pied afin de pouvoir diffuser en direct une partie des cours du programme.

Ainsi, dès le deuxième semestre, le programme de cours «impulse» indiquait d’un point vert ses premières offres diffusées en direct. Depuis, plus de 300 participants ont suivi en ligne une cinquantaine de cours de langues, une bonne centaine d’autres ont pris part à des ateliers virtuels de littérature, de dessin ou consacrés au Docupass, et 100 ont participé à dix autres cours.

Indépendamment de l’évolution de la pandémie, Pro Senectute canton de Lucerne souhaite poursuivre sur cette voie, afin de proposer des solutions aux seniors restreints dans leur mobilité. Les offres numériques aident aussi à franchir les frontières: l’organisation a enregistré sa première participante d’outre-mer.

Visite virtuelle de Zoug

Pro Senectute canton de Zoug a, elle aussi, découvert les possibilités numériques. Flâner en ville faisait partie du quotidien de nombreuses personnes âgées. Mais voilà qu’avec la pandémie de coronavirus, elles n’osaient plus s’y aventurer.

En un temps record, l’organisation de Pro Senectute a concrétisé une idée qui germait depuis longtemps: une visite virtuelle de Zoug. Un clic de souris suffisait pour contempler depuis chez soi des sites tels que la Zytturm, la Kolinplatz ou le Burgbach et pour en découvrir davantage sur le chef-lieu zougois.

Bibliothèque

Quand la lecture égaie le quotidien

La lecture stimule les sens. Un vrai bol d’air en période de pandémie, lorsque les activités sont limitées. L’équipe de la bibliothèque de Pro Senectute était donc affairée à trouver des ouvrages aussi passionnants que divertissants sous forme analogique et numérique.

Soudain, le monde s’est arrêté et la vie quotidienne a brusquement ralenti: avec la mise en suspens de la vie sociale, les contacts humains se sont raréfiés et la vie entre quatre murs est devenue monotone. Cette situation a fortement motivé l’équipe de la bibliothèque de Pro Senectute à être encore plus active. Rapidement, elle a annoncé être prête à continuer à proposer le service d’emprunt, avec peu de restrictions. «Se nourrir intellectuellement, se divertir et cultiver les relations sont possibles même en temps de crise», telle était la devise.

Envoi des ouvrages pendant le confinement

Les client·e·s ont eu les possibilités suivantes: livres numériques, recherches par le biais du portail Internet, envoi par poste ou de copies et demandes de recherches. «Ces services ont été largement utilisés», confirme Dieter Sulzer, qui a toujours pu compter sur son équipe pour enfourcher un vélo, passer à la bibliothèque et effectuer un travail de copie ou un envoi.

L’équipe de la bibliothèque a également veillé à publier en ligne des informations sur la pandémie de coronavirus. Dans la rubrique «Pleins feux», on trouve, par exemple, le sujet «En lien malgré la crise»: «Cette publication nous a permis d’informer sur les dernières évolutions et recommandations pour les seniors dans le contexte de la pandémie et de les compléter avec des témoignages de spécialistes ainsi qu’avec nos propres connaissances», explique Dieter Sulzer.

En ce qui concerne les manifestations de la bibliothèque, très appréciées, il a été fait de nécessité vertu: par exemple, une discussion a été enregistrée. «De ce fait, nous avons même compté davantage de participant·e·s qu’en présentiel», se réjouit Dieter Sulzer.

La plus grande bibliothèque spécialisée en gérontologie a été intégrée à la ZHAW

Depuis 1968, l’équipe de la bibliothèque de Pro Senectute Suisse a construit la plus grande collection d’ouvrages spécialisés sur la vieillesse et le vieillissement du pays, et a mis ce trésor de plus de 67'000 titres à la disposition d’étudiants, de spécialistes et d’organisations. En 2020, l’équipe a mis tout en œuvre pour que la collection puisse être transférée au printemps 2021 à la bibliothèque universitaire de la ZHAW à Winterthour.

Zeitlupe

Zeitlupe@home

Le confinement et les restrictions sociales du printemps dernier ont constitué un défi de taille pour les personnes âgées. Zeitlupe a élaboré différentes offres pour leur changer les idées.

Zeitlupe a fourni des informations, des services et des divertissements, dans son magazine ou sur son site Internet, pour alléger le quotidien des per sonnes âgées et des personnes vulnérables durant le confinement. Les contenus rédactionnels et traditionnels sur www.zeitlupe.ch ont été complétés quotidiennement par des informations sur le COVID-19, ainsi que par des prestations et conseils utiles en lien avec la situation.

Divertissement et contacts sur zeitlupe.ch

Les énigmes, les recommandations de films, de livres et d’émissions radio, mais aussi de nouvelles offres comme des histoires à écouter, des romansfeuilletons et le blog de Zeitlupe alimenté par Usch Vollenwyder, rédactrice, ont permis de se divertir en ligne. De plus, les restrictions d’accès (paywall) ont été levées, permettant à chacune et chacun de lire gratuitement tous les articles de Zeitlupe, ou de se les faire lire grâce à des fichiers audio, cofinancés par la Fondation Hatt-Bucher. Toute personne intéressée a également reçu un accès gratuit à la plateforme de rencontre numérique, qui a été remaniée en mai sur le plan technique et visuel.

La gymnastique de l’esprit contre la morosité

Pour déjouer l’ennui par un moyen autre qu’Internet, la rédaction de Zeitlupe a élaboré un cahier de 16 pages contenant des mots croisés et autres jeux, grâce au soutien financier de Pro Senectute Suisse. Ce cahier, joint à l’édition de mai, a également été envoyé à 4665 client·e·s de Pro Senectute Argovie.

Vous souhaitez en savoir plus sur notre domaines spécialisés? Notre Service médias se tient à votre disposition.

Contactez-nous!